Anacamptis morio

(Linné) R.M. Bateman, Pridgeon & M.W. Chase 1997

orchis bouffon

Synonyme : Orchis morio Linné 1753

Les Forges, 2 mai 2015

Description sommaire :
Inflorescence en épi cylindrique.
Couleur très variable, de violet à blanc.
Sépales latéraux nervurés de vert.
Labelle trilobé plus large que long.
Lobe médian aussi long que les latéraux.
Base du labelle plus claire ponctuée de rouge-violet.

Répartition en France : Anacamptis morio est une espèce bien répandue en France, que l’on rencontre sur des milieux très variés : les pelouses sèches, les bois clairs, mais aussi les prairies de fauche, mêmes fraîches et humides, sur des sols faiblement acides à basiques.

Protection nationale : non
Liste rouge nationale : LC (préoccupation mineure)
Protection en Lorraine : non
Liste rouge lorraine : NT (quasi menacé)

Floraison dans les Vosges : Avril à mai

Répartition dans les Vosges : sa grande amplitude écologique permet à l’espèce d’être bien représentée dans les Vosges même si elle est sans doute plus répandue que la carte ne le montre, faute de prospection. Elle accompagne souvent Dactylorhiza majalis sur les prairies humides de la plaine. C’est sur ce biotope que les découvertes ont été les plus nombreuses depuis 2000.

Sur les prairies et pelouses calcaires de la partie ouest du département, sa présence est bien connue depuis longtemps. L’espèce y forme parfois des populations très denses, de plusieurs centaines de pieds.

Dans les Hautes-Vosges, Anacamptis morio est a priori absent, sauf dans le secteur de Saint-Dié-des-Vosges. Cependant, la découverte en 2016 de la station la plus haute du département, à 670 m, au col de Mandray, incite à prospecter à des altitudes plus élevées.

L’espèce est à rechercher notamment dans le triangle Darney – Épinal – Remiremont puisque l’espèce supporte (en partie) l’acidité du sol. La présence de Dactylorhiza majalis qui l’accompagne souvent peut être un indicateur pertinent lors des journées de prospection.

Données anciennes : Mougeot (1836) la dit présente « sur les prairies humides et sur toutes les formations géologiques, partout ».

En 2019, l’espèce serait présente sur 44 communes.

Elle a été observée après 2000 à Autigny-la-Tour, Auzainvilliers, Ban-de-Sapt, Belmont-sur-Vair, Biffontaine, Brantigny, Bruyères, Chamagne, Charmes, Châtillon-sur-Saône, Chavelot, Circourt-sur-Mouzon, Dogneville, Dommartin-aux-Bois, Epinal, Estrennes, Les Forges, Fraize, Frizon, Lerrain, Lironcourt, Mandray, Martigny-les-Bains, Mattaincourt, Mazirot, Nayemont-les-Fosses, Nomexy, Offroicourt, Pair-et-Grandrupt, Regney, Saint-Dié-des-Vosges, Saint-Jean-d’Ormont, Ubexy, Vaxoncourt, Vincey et Vittel.

Elle a été observée avant 2000 à Crainvilliers, Damas-aux-Bois, Domvallier, Gircourt-lès-Viéville, Houécourt, La Neuveville-sous-Montfort, Serocourt et Tilleux.

Quelques photos de l’espèce dans le département  :

 Quelques photos de l’espèce ailleurs :